La France est championne du monde !

Les Bleus l’ont fait! Deux ans après l’énorme déception de cette finale de l’Euro 2016 perdue à domicile, la France a pris une plantureuse revanche sur le destin en triomphant de la Croatie en finale de la Coupe du monde (4-2). Et si le score est sévère, il reflète à merveille la principale qualité des troupes de Didier Deschamps dans ce tournoi: l’efficacité. Un autobut de Mandzukic et des buts de Griezmann (sur penalty), de Paul Pogba et de Kylian Mbappé ont offert à la France son deuxième sacre mondial. Les buts de Perisic et de Mandzukic (sur une énorme boulette de Lloris) ont permis à une équipe croate, séduisante mais fatiguée, d’entretenir le suspense mais pas d’aller au bout du rêve. Au terme d’une finale spectaculaire et prolifique, les Bleus imitent leurs glorieux aînés de 1998, la nuit s’annonce longue et festive outre-Quiévrain.

Le match

On ne change pas une recette gagnante
Comme prévu, Didier Deschamps et Zlatko Dalic avaient décidé de ne pas déroger à leurs principes pour entamer cette finale. Les Croates ont pris le contrôle du ballon dès l’entame de match, la France misait sur son organisation et sa capacité à partir en contre. La Croatie a démarré cette tambour battant, mais c’est côté français qu’est tombée l’ouverture du score. Et comme souvent depuis le début du tournoi, c’est une phase arrêtée bottée par Antoine Griezmann et reprise contre son camp par Mandzukic, qui a fait la différence.Insuffisant pour mettre les Croates au supplice. Perisic rétablissait l’égalité et, alors que la nation au damier semblait prendre le dessus, un penalty discutable (voire plus bas) permettait à Antoine Griezmann de remettre la France aux commandes. Des commandes que les Bleus n’ont ensuite plus lâchées. Deux frappes à distance de Paul Pogba et de Kylian Mbappé ont tué le match en début de seconde période, même si l’énorme erreur d’Hugo Lloris a relancé les Croates dans ce match.Des Croates qui ont continué à pousser dans le dernier quart d’heure, mais sans trouver l’ouverture. La France s’est appuyée sur la recette gagnante de sa Coupe du monde: un bloc solide et des contres fulgurants, et ça a payé une fois de plus. Les Bleus sont champions du monde pour la deuxième fois de leur histoire.

L’homme du match

Didier Deschamps
On aurait pu opter pour l’inimitable Paul Pogba, intransigeant dans le milieu et auteur, au meilleur des moments, de son premier but du Mondial, ou encore pour Antoine Griezmann, dont les coups de pied arrêtés ont encore fait merveille, mais c’est le collectif des Bleus qui est à mettre en avant au terme de cette Coupe du monde. Et quand un groupe paraît aussi solide et soudé, on a souvent envie de mettre le capitaine du navire à l’honneur.

C’est le cas de cette France version 2018. Loin d’être une France Champagne, mais une France diablement efficace. Un groupe dans lequel tout le monde met la main à la patte, à l’image, par exemple, d’un Giroud qui n’aura pas cadré la moindre frappe dans ce tournoi, mais qui aura travaillé sans relâche pour le collectif. Cet esprit de groupe, qui a offert à la France le deuxième sacre mondial de son histoire, c’est la réussite de Didier Deschamps. Souvent critiqué, le sélectionneur français n’a jamais laissé place à la panqiue. Il n’a jamais renié ses principes non plus. Il en est récompensé aujourd’hui, deux ans après avoir vécu un des moments les plus pénibles de sa carrière contre le Portugal au Stade de France.

Le moment marquant

Le penalty accordé à la France
Après avoir ouvert le score, les Bleus ont rapidement vu leurs adversaires revenir à hauteur. Mais un penalty allait tout changer pour les troupes de Didier Deschamps. Une main involontaire de Perisic dans le rectangle, des hésitations pour le VAR, Monsieur Pitana est allé revoir les images et il a tranché… au bout de plusieurs minutes. Fallait-il siffler? On ne peut pas vraiment reprocher à l’arbitre argentin d’avoir donné le penalty, mais ça laissera des gros regrets aux Croates.

La phrase

J’AI HÉSITÉ À FAIRE LA PANENKA, À LA ZIDANE. MAIS J’AI PRÉFÉRÉ OUVRIR MON PIED.

Antoine Griezmann sur son penalty, au micro de TF1

La question

La fin d’une génération pour la Croatie?
On s’était posé une question similaire à l’issue de la défaite belge en demi-finale, mais l’interrogation est encore plus persistante pour les joueurs croates. Mandzukic (32 ans), Modric (32) et Rakitic (30) ont peut-être joué ce soir à Moscou le dernier match de Coupe du monde de leur carrière. Et quand on sait que ces trois hommes ont tiré la nation au damier au cours des dix dernières années, il faudra sans doute repartir d’une page blanche ou presque pour Zlatko Dalic à l’avenir.

La statistique

4
La France vient donc de s’offrir sa deuxième Coupe du monde à laquelle il faut également ajouter deux titres continentaux, ça fait donc quatre trophées majeurs pour les Bleus. Seuls deux pays européens font mieux: l’Allemagne (7) et l’Italie (6). Mais si on prend en considération les 20 dernières années, es Français ont remporté trois titres (deux Mondiaux, un Euro) et perdu deux finales (Mondial 2006, Euro 2016). Personne ne fait mieux.

Par 7sur7.be 

(Visited 52 times, 1 visits today)