Général Siaka Sangaré, Délégué Général aux Elections au Mali

Polémique fichier électoral au Mali: réunion avec les partis politiques reportée

Au Mali, à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, la réunion prévue ce lundi 23 juillet par la direction générale de l’élection (DGE) avec les partis politiques et les observateurs internationaux a été reportée. Ce week-end, cette même direction avait convoqué les différents acteurs pour tenter de sortir de la polémique autour du fichier électoral. Vendredi, en effet, l’URD, parti d’opposition, dénonçait des incohérences entre le fichier électoral audité par les experts internationaux et le fichier mis en ligne sur le site de la DGE. Tentative de fraude ou erreurs techniques ? Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Amadou Bah, certifiait ce lundi matin en conférence de presse que le seul fichier électoral utilisé pour imprimer les cartes d’électeurs est bel et bien celui audité par les experts internationaux.

L’URD dénonce toujours l’existence d’un fichier électoral parallèle. Côté gouvernement, après une réunion tenue avec les services techniques en charge de l’organisation de l’élection, ce lundi, le Premier ministre affirmait qu’il n’y a qu’un seul fichier électoral.

« Le fichier audité par les experts internationaux est le fichier qui a été mis en ligne », a déclaré de Soumeylou Boubèye Maïga, contrairement à ce qu’affirmait, la semaine dernière, la DGE qui reconnaissait des erreurs techniques au moment de la mise en ligne sur internet.

De son côté, la Céni qui s’exprimait, ce lundi, devant la presse, restait prudente sur l’existence ou non d’un fichier parallèle. Amadou Bah, président de la Commission électorale renvoie la balle à DGE.

« Ce qui a été constaté par certains acteurs politiques et qui a été révélé, il appartient à la DGE d’apporter les éclaircissements nécessaires », souligne-t-il.

Le président de la Céni assure que le fichier utilisé pour l’impression des cartes d’électeurs est bien celui audité par les experts internationaux.

« Cela s’est fait en présence d’un huissier qui a constaté que ce fichier, effectivement, comportait les 8 millions 462 électeurs pour 23 041 bureaux de vote et ce rapport est disponible », affirme-t-il.

A six jours de la présidentielle, la Commission pointe aussi, devant la presse, une autre difficulté, celle de l’augmentation du nombre de bureaux de vote.

« Pour améliorer le taux de participation et rapprocher les électeurs de leur centre de vote, plus de 7000 bureaux ont été créés par rapport au dernier scrutin de 2016 », dit la Commission. Des créations qui pèsent lourd dans le budget, se défend la Céni.

Source : RFI

(Visited 58 times, 1 visits today)