Mali : le programme YEWA du Plan International lancé à Dioïla !

afrikinfos-mali.com- en marge de la journée africaine de la jeunesse, célébrée ce 1er novembre 2018 à Dioïla sous le thème national « Dialogue intergénérationnel, facteur de paix et de la  cohésion sociale », Plan International a lancé son programme ‘’Youth Empowerment in West Africa (YEWA) au Mali.

Financé par DANIDA, à travers sa stratégie partenariale, le programme ‘’YEWA’’ signifie en français : « Renforcement et Autonomisation des Jeunes en Afrique de l’Ouest». Il est constitué de quatre grandes composantes. Il s’agit du droit à la santé sexuelle et reproductive favorable aux jeunes, éducation, autonomisation économique et sociales ; l’organisation des jeunes, engagement civique et autonomisation politique ; l’environnement résilient, sûr et inclusif ; et enfin partenariats solides, apprentissage mutuel et plaidoyer.

« Le programme YEWA vise en somme à renforcer les capacités des jeunes à prendre des décisions et à agir d’une manière positive qui leur apportera des bienfaits ainsi qu’à leur communauté. Il converge tout simplement avec les finalités de la volonté des hautes autorités du Mali, à savoir : ‘’former un citoyen bâtisseur, ancré dans sa culture, dans sa civilisation et ouvert aux valeurs universelles », a déclaré Lazare Djibodé, Représentant du Directeur Pays du Plan International Mali

Pour Lazare Djibodé, ce programme s’appuiera sur les partenariats existants au niveau local, national et mondial, y compris le secteur privé local, la société civile et les autorités ainsi que les organisations partenaires qui assumeront des responsabilités plus importantes dans sa mise en œuvre. « Au niveau opération et sur une période de quatre ans (2018 à 2021), le programme aura une portée géographique de 35 commune dans les régions de Koulikoro, cercle de Dioïla ; Sikasso, cercles de Bougouni et Yanfolila avec une population estimée à 499 400 habitants parmi lesquelles on compte 331 540 jeunes », a-t-il ajouté.

Une solution durable aux contraintes du marché du travail

Pour Représentant du Directeur Pays du Plan International Mali, chaque année, selon les statistiques, 250 000 jeunes travailleurs entrent sur le marché du travail au Mali et cela doublera d’ici 2030. « Le secteur formel, y compris le gouvernement et les moyennes et grandes entreprises, ne pourra créer qu’un faible pourcentage d’emploi, 10% dans le meilleur des cas. Il est également à noter une inadéquation entre les formations et la demande sur le marché malien. Dès lors de nombreux jeunes sont poussés à migrer à cause de l’absence de perspectives et des moyens pour couvrir des besoins de base pour leurs familles », a-t-il déclaré.

Selon Lazare Djibodé « c’est pour adresser une solution durable à ces contraintes que l’engagement de partenariat entre Plan-International Mali et le Ministère des Affaires Etrangères du Danemark a été établi pour donner naissance au programme de renforcement et Autonomisation des Jeunes en Afrique de l’Ouest ‘’YEWA’’ au Mali, au Burkina Faso, au Bénin et au Togo. Le programme se concentrera sur le potentiel et les défis auxquels sont confrontés les jeunes ».

La journée africaine de  la jeunesse, célébrée avec faste !

En plus des jeunes de cette nouvelle région, Dioïla, l’association des pionniers du Mali et des organisations et mouvements de la jeunesse ont donné un cachet particulier à cette 11ème édition de la journée africaine de  la jeunesse à travers une mobilisation à hauteur des attentes.

Dans son mot de bienvenue, le maire de la commune urbaine de Dioïla, Yacouba Doukoulé Mariko, a souligné que la célébration de cette journée permet de faire entendre la voie des jeunes. « Cette jeunesse doit être éduquée », a-t-il ajouté. Pour le maire, il ne s’agit pas seulement de la formation, mais plutôt de les initier aux missions qui les attendent.  «Au-delà du thème : ‘’Dialogue intergénérationnel, facteur de paix et de la  cohésion sociale’’, la jeunesse de Dioïla se bat également pour plus de santé, d’accès à l’eau potable pour la population de la région. Dans les 23 communes de Dioïla, des salles de classes sont toujours fermées faute de tables bancs et d’enseignants ; des populations continuent de s’abreuver des eaux du fleuve», a-t-il souligné.

A près avoir témoigné que les collectivités n’ont plus les moyens pour assurer le bon fonctionnement de leurs centres de santé, Yacouba Doukoulé Mariko à déclaré : « Plusieurs enfants âgés de 1 à 7 ans sont hospitalisés jusqu’à 4 sur le même lit ».

Selon, Souleymane Satigui Sidibé, président du conseil national de la jeunesse, la délocalisation de cette journée dans le Banico témoigne tout l’intérêt que les autorités accordent à la question de la jeunesse partout elle se trouve. Il a également rappelé que cette journée est une occasion pour les jeunes du Mali de faire entendre leur voix dans la lutte contre la corruption dans notre pays. Parlant du thème, Satigui Sidibé a précisé que la paix et le dialogue intergénérationnel est l’une des valeurs cardinales de notre pays. Il a, enfin, invité ses camarades jeunes à se donner la main contre toutes forces de déstabilisation du Mali.

Dans son mot d’ouverture de la journée et du lancement du programme YEWA, le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyenne, Amadou KOÏTA, a précisé que cette journée est un moment de réflexion sur les grands défis de la jeunesse au Mali. Il a également salué Plan International pour ses efforts déployés aux côtés de l’Etat malien.

Ousmane BALLO, afrikinfos-mali.com

(Visited 41 times, 1 visits today)