Complexe Loulo-Gounkoto/Partenariat avec Barrick : Randgold poursuit sa marche…!

L’information avait fuité sur la toile et était en passe de tomber dans les débats de rues et leur corollaire d’interprétations. Elle a été officialisée aux médias maliens mardi 30 novembre dernier à l’hôtel Sheraton de Bamako par le patron de Randgold, Mark Bristow : le géant de l’industrie minière aurifère d’Afrique, Randgold Resources Limited fusionne avec le Numéro 1 mondial de l’or, Barrick Gold dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant. Mais cette rencontre périodique entre Randgold et la presse n’a pas dérogé aux sujets locaux à savoir les dernières retombées de la société en faveur du Mali.

Comme à l’accoutumée, c’est Mark qui a animé la rencontre, assisté de ses collaborateurs Mahamadou Samaké, directeur régional du groupe Afrique de l’Ouest et Chiaka Berthé, directeur général des opérations pour l’Afrique de l’Ouest.

Les communications ont d’abord porté sur le complexe d’exploitation minière Loulo-Gounkoto  dont la production va augmenter après le démarrage des travaux d’expansion de la nouvelle super fosse de Gounkoto. Effectivement, le directeur exécutif de Randgold confirme que le profil de production du complexe est attendu à la hausse dans ce second semestre de l’année en raison de l’impact des grands travaux de décapage au cours des deux premiers trimestres. Il est à présent revenu à son rythme normal et il y a eu une augmentation de la production au troisième trimestre. Chiaka Berthé a quant à lui expliqué que l’exploration sur les prolongements du gisement ont confirmé le potentiel du complexe de poursuivre le remplacement des réserves épuisées par des onces de même qualité. « Loulo-Gounkoto est l’une des plus grandes opérations de ce type au monde et constitue un pilier de l’économie malienne depuis la mise en production de Loulo en 2005. Les derniers résultats d’exploration montrent que sa durée de vie dépassera probablement la prévision actuelle de 10 ans, » a-t-il dit. En outre, l’équipe d’exploration de sites vierges continue de définir des cibles au nord et au sud des structures de Loulo-Gounkoto sur une faille de 70km dans l’une des régions aurifères les plus prolifiques au monde.

Par ailleurs, Randgold a entamé des discussions sur une éventuelle joint-venture avec le Gouvernement malien en vue d’explorer une zone d’intérêt régional pour développer un ensemble de données géologiques détaillées. Suivant les termes de la proposition, Randgold aura le premier choix des prospects identifiés et le reste sera mis à la disposition du Gouvernement en vue d’attirer d’autres investisseurs. Le processus offrira l’opportunité à certains détenteurs privés de titres miniers dans la région de devenir des partenaires potentiels dans de nouvelles entreprises minières.

Autre sujet abordé : Bristow a déclaré qu’un processus de médiation est en cours pour parvenir à un règlement à l’amiable avec le Gouvernement des différends portant sur les impôts et la TVA des sociétés du Groupe Randgold et ce, par le recours à un facilitateur et des experts tiers nommés conjointement. « Cela démontre encore une fois de plus que notre approche de partenariat constructif est le meilleur moyen de résoudre les désaccords survenant parfois avec nos gouvernements hôtes, » a-t-il répété.

En outre, au cours du trimestre écoulé, une autre promotion a obtenu son diplôme au collège agricole de Loulo-Gounkoto et une nouvelle promotion d’étudiants est attendue pour la mi-novembre. Le collège a été créé dans le cadre du programme de soutien communautaire de la mine visant à former des agriculteurs « commerciaux ».

Au même moment, à la mine d’or de Randgold à Morila, le projet agrobusiness que la société met en place afin d’assurer une source locale d’activité économique durable après sa fermeture, a franchi une étape importante lorsqu’il a été reconnu par le gouvernement comme un « AGROPOLE ». Le projet a été officiellement lancé le 8 octobre lors d’une cérémonie organisée sur le site et à laquelle ont assisté le Premier ministre et sept membres du Gouvernement.

Une fois n’est pas coutume : Mark Bristow a rappelé que Randgold contribue dans l’économie malienne à hauteur de 6% du PIB (Produit intérieur brut). En 23 années d’existence au Mali, la société a injecté dans les caisses du trésor public 2,5 milliards de dollars Us, environ 1 250 milliards de FCFA.

L’emploi, c’est encore plus beau : il n’y a que 2% d’expatriés à Randgold ; tous les autres employés dont la quasi-totalité des premiers responsables sont des Nationaux.

Berthé a évoqué tous les efforts fournis par Randgold en faveur des communautés.

Parlant de la fusion avec Barrick Gold, Mark dira qu’il s’agit d’un partenariat stratégique qui vise à former la plus grande société minière au monde afin de révolutionner encore plus le secteur. Car il s’agit là d’un mariage entre le leader mondial en exploitation minière de l’or en terme de taille (Barrick) et la société la plus rentable et la profitable (Randgold).

Mark précise aussi qu’il ne s’agit pas d’une opération de transaction financière, ni d’une fusion-absorption, mais d’une fusion entre deux géants cotés à la bourse. Le bénéfice revient aux cadres et à l’ensemble des travailleurs du Nouveau Barrick ainsi qu’aux pays et communautés concernés. Le patron de Barrick Gold sera le Président du Conseil d’Administration du Groupe et Mark Bristow, le Président directeur général.

Sékou TAMBOURA

Source : Info-Soir

(Visited 17 times, 1 visits today)