Attribution des 5 928 logements sociaux : Que veut réellement le ministre Mohamed Moustapha Sidibé ?

Retard dans la proclamation de la liste des heureux bénéficiaires des logements sociaux. Le tout-nouveau ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Mohamed Moustapha Sidibé, est désormais sur la sellette. En effet, à raison ou à tort, le ministre Sidibé est accusé d’être la cause principale de ce retard quant à la proclamation des résultats pour l’attribution des logements sociaux. Car, selon des indiscrétions, la Commission a fini son travail depuis plusieurs semaines, mais elle serait bloquée par le Ministre qui aurait d’autres intentions. Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire, nous avons diligenté une enquête qui a permis de conclure qu’il y a effectivement blocage. A quel niveau ? C’est là toute la question.

Qu’en est-il de l’attribution des logements sociaux de Tabacoro et de Kati ? Cette question ne mérite-t-elle pas d’être posée quand on sait que lesdits logements ont fait couler beaucoup d’encre et de salive ? Le seul problème se trouve à un seul niveau : le ministre de l’Habit et de l’Urbanisme, M Mohamed Moustapha Sidibé. Les 5 928 logements sociaux repartis entre les sites de Tabacoro et Kati sont prêts. La commission d’attribution avait décidé de proclamer les résultats à la veille de l’élection présidentielle. Elle a finalement décidé de différer le verdict à une date ultérieure pour des raisons politiques. Une autre date avait été retenue, mais en vain. Entre temps, un nouveau ministre, aux ambitions démesurées, à travers ses agissements lors de ses visites de terrain, entre dans la danse.  Du coup, il prend la commission en otage, en l’attaquant, avec des arguments selon lesquels il veut plus de transparence dans l’attribution desdits logements. Comme si, avant son arrivée, il était dans le secret des délibérations.

Il ressort de nos informations que le jeune ministre serait dans une logique de dissoudre l’actuelle Commission d’attribution des logements sociaux dirigée par l’ancien maire de la Commune IV du district de Bamako, Issa Guindo (militant de la première heure du Rpm), pour la remplacer par une commission composée uniquement de ses hommes. Pourquoi ? Difficile de répondre à cette question, mais son comportement met en évidence ses intentions. Sinon pourquoi remettre en cause le travail de son prédécesseur ? Ignore-t-il le principe de la continuité de l’Etat ? C’est pour voir clair dans cette situation que votre journal a décidé de rencontrer les différentes parties. Malheureusement, notre surprise fut grande car toutes nos démarches auprès des différents acteurs, notamment le ministère en charge de l’Habitat, l’Office malien de l’Habitat et la Commission d’attribution des logements sociaux, sont restées vaines. Si les uns estiment qu’ils doivent s’en référer à l’avis de leur hiérarchie, les autres ont simplement décliné notre offre de tendre notre micro aux acteurs afin qu’ils puissent se prononcer. Toute chose qui nous a permis de comprendre qu’il y a un véritable blocage dans ce dossier.

Face au retard accusé pour l’attribution des logements sociaux, il a été mis en place un groupement des postulants pour les logements sociaux. Ledit groupement a tenu une réunion le week-end dernier dans une école de la Commune IV, pour discuter des dispositions à prendre afin de juguler cette épineuse question. Pour être plus efficace, un coordinateur a même été désigné pour chaque commune. Il s’agira pour lui de recenser, dans sa circonscription, les postulants et leur expliquer les actions en gestation. A travers le plan d’action de ce regroupement, nous pouvons dire sans risque de nous tromper que le ministre l’Habitat et de l’Urbanisme, Mohamed Moustapha Sidibé, risque d’exposer le régime du président IBK à d’éventuelles émeutes.

Déjà, par sa tentative maladroite de prendre en otage les résultats de l’attribution des logements, il a tendance à donner raison ou plutôt à confirmer les rumeurs selon lesquelles le régime se serait servi des cautions et des frais de dossiers des logements sociaux pour les besoins de la campagne présidentielle. Vrai ou faux ? De toutes les façons, avec cette affaire, le jeune ministre Sidibé joue son avenir dans le gouvernement parce que le président IBK est un homme très patient, mais qui attend le bon moment pour se réveiller à une décision qui a l’allure d’un coup de poignard. Ce ne sont pas les différents ministres virés qui diront le contraire.

En attendant, les postulants meurent d’impatience car dans l’histoire récente des logements sociaux, jamais une Commission d’attribution n’a accusé autant de retard pour la proclamation des bénéficiaires.

A suivre !

Boubacar PAITAO

Source : Aujourd’hui-Mali

(Visited 128 times, 1 visits today)