Zoumana Mory Coulibaly

Occupation illicite des servitudes des rails : le ministre Zoumana Mory promet de tout démolir !

Au cours d’une visite de terrain, le 8 novembre 2018, le ministre des Transports, Zoumana Mory COULIBALY, a promis de faire détruire toutes les constructions illicites sur les servitudes des rails et sans dédommagement.

Depuis quelques années, les servitudes des rails de Bamako sont devenues la vache laitière des spéculateurs fonciers. Ainsi, il n’est plus étonnant de voir des chantiers de construction d’immeubles pousser partout où cette servitude dépasse les six mètres. A Sotuba ACI dans la Commune I du District de Bamako, le constat est un peu amer. Des constructions illégales sont contiguës à des propriétés privées octroyées avec des titres fonciers en bonne et due forme. Ces réalisations ont même tendance à barrer les passages aux propriétaires de titres fonciers.

Selon nos sources, ces constructions appartiennent à plusieurs conseillers municipaux de la mairie de la Commune I du District, dont le maire Mamadou B. Keïta et son 4ème adjoint, Bagniny Sangaré. Pour arrêter les travaux, le Procureur Général près la Cour d’appel de Bamako, le Commissariat de  police du 12ème  Arrondissement et le Tribunal de 1ère  Instance de la Commune I du District de Bamako ont été tous saisis. Mais, cela n’a rien changé dans les attitudes de ces spéculateurs.

Adama Sidibé, porte-parole des riverains : « Il y a près d’un mois, des conseillers municipaux, avec à leur tête le maire Mamadou  B. Keïta et son 4ème adjoint Bagniny Sangaré, se sont mis à spolier impunément l’emprise des rails, allant du carrefour du 3ème pont à l’est jusqu’à 150 mètres à l’ouest, construisant des immeubles avec des titres d’occupation illégaux et sans aucune autorisation de construire. Ces travaux, comme vous pouvez le constater, ont complètement obstrué le côté nord de nos concessions en nous empêchant d’écouler nos eaux usées ou de pluie et de jouir de nos servitudes naturelles que nos titres nous autorisent à aménager en aires de repos. »

Il a également ajouté : « Dès le début des travaux, on est allé inlassablement auprès du Commissariat de  police du 12ème arrondissement et au tribunal de 1ère Instance de la Commune I, à travers la commission d’un soit-transmis, pour qu’ils interviennent et fassent arrêter les travaux de constructions illicites qui nous causent des ennuis physiques et environnementaux. Mais sans succès, car les ouvriers ont travaillé de façon discontinue, jour et nuit.

D’après nos investigations, les constructions seraient en réalité destinées à une famille commerçante du nom de Simpara. La bande mafieuse a même eu le culot de faire complètement disparaître les rails dans la zone concernée. Ce que vous pouvez constater de visu. Autrement dit, ces gens-là ont décidé que le train ne va plus siffler entre Bamako et Koulikoro. Pour récapituler, on vous dira que ce sont des gens qui ont impunément commis trois crimes  graves contre l’Etat et des tiers : établissement de faux titres d’occupation, installation illégale sur l’emprise des rails et destruction (voire  disparition) des rails appartenant à Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF). Il faut donc que les autorités compétentes, notamment au plus haut niveau, agissent afin que justice soit rendue pour sanctionner avec la dernière énergie ces criminels sans foi ni loi qui se foutent pas mal de l’intérêt  général».

Pour assurer le trafic des trains entre Bamako et Koulikoro, le ministre des Transports, Zoumana Mory COULIBALY, a effectué une visite le 8 novembre 2018 dans les lieux. Après observation, il a promis que toutes les constructions faites dans les quinze mètres de servitudes des rails seront purement et simplement démolies et sans aucune forme de dédommagement.

Ousmane BALLO

Source : Ziré-Hebdo

(Visited 80 times, 1 visits today)