Lutte contre le VIH/Sida au Mali : les lanternes des étudiants de l’ABS éclairées par Malick SENE

A l’occasion de la journée Mondiale du Sida, Malick SENE, ancien Secrétaire Exécutif du Haut Conseil National de Lutte Contre le VIH/Sida au Mali était l’invité de l’université African Business School (ABS). C’était le 1er décembre 2018 à l’enceinte dudit établissement.

Découvert vers les années 1980 aux États-Unis et 1985 au Mali, le VIH/SIDA fait partie des maladies qui préoccupent aujourd’hui les autorités nationales. C’est pour informer ses étudiants sur les réalités de la maladie que African Business School a initié cette conférence qui avait comme invité, Malick SENE, ancien Secrétaire Exécutif du Haut Conseil National de Lutte Contre le VIH/Sida au Mali.

« Nous pensons que cette activité fait partie de l’actualité. C’est toujours dans le cadre de notre programme ‘’culture générale’’ que nous avons jugé nécessaire d’inviter monsieur Sène pour discuter du SIDA avec nos étudiants. C’est une chose qui concerne la jeunesse et je pense qu’elle va tirer profit », a déclaré Thiam Sokhna Maryama, Direction de African Business School.

Dans son exposé, Malick Sène a débord félicité l’initiative qui entre parfaitement dans le système de sensibilisation des organisations de la Santé sur le VIH/Sida. Pour lui, le SIDA existe et l’Afrique en paye le plus lourd tribut. « L’Afrique porte le plus grand fardeau du VIH/SIDA, soit 70% de cas dans le monde.  Au Mali, sur 18 millions d’habitants, on a 1,1% de cas de VIH/Sida. Il y a eu beaucoup de progrès pour le cas du Mali  et le 1er décembre est une date importante dans la lutte contre le VIH/SIDA. Il faut suffisamment armer les gens des éléments nécessaires pour lutter contre cette maladie », a-t-il souligné.

Il a également ajouté : « Dans l’histoire, le Sida a tué plus de 45 millions de personnes à travers le monde. Les zones à risque sont les zones d’orpaillages et les personnes à grande risque sont les travailleurs de sexe ».

Dans un témoignage, Siré Dia, étudiant en journalisme communication a précisé : « Je crois que ce qu’on a  appris avec monsieur Malick Sène est très essentiel. Surtout, lors que l’on sait que le SIDA est une maladie à ne pas négliger. Car, c’est une maladie qui  peut détruire la vie d’une personne et on l’a dit, nous les jeunes nous sommes les plus exposés. Donc, je ne peux que remercier monsieur Malick Sène qui a accepté de venir partager toutes ces informations avec nous. C’est vraiment salutaire »

Amadou Basso

Source : Ziré-Hebdo

(Visited 11 times, 1 visits today)