La lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite est décidément en train de prendre une tournure nouvelle. De simple slogan destiné à la consommation des Partenaires Techniques et Financiers (PTF), elle est devenue une réalité depuis l’incarcération des présumés bailleurs de fonds de la campagne d’IBK en 2018, en l’occurrence Bakary Togola, président de l’APCAM, et Adama Sangaré, maire du District de Bamako et non moins baron du parti ADEMAPASJ, de la Majorité présidentielle.

La présentation à la presse du Rapport annuel de l’OCLEI (couvrant la période du 1er juin 2017 au 31 décembre 2018), le 4 janvier dernier, a créé une véritable peur panique au sein de la race des fonctionnaires qui se sont enrichis impunément sur le dos de l’Etat.

Depuis, c’est un peu le sauve-qui-peut. Surtout que le Chef de l’Etat lui-même ne cesse, ces derniers temps, (ce qui n’était pas habituel) de dénoncer avec des mots forts la corruption, l’enrichissement illicite et leur dénominateur commun : l’impunité.

Source: L'Indépendant