Du 06 au 10 janvier 2020, WaterAid-Mali a organisé une caravane de sensibilisation pour la prévention et le dépistage de la malnutrition dans l’aire de Santé de Talo dans le district sanitaire de Bla, Région de Ségou. Cette initiative jugée salutaire par les bénéficiaires, a permis de sensibiliser les populations locales et de faire le dépistage de la malnutrition en stratégie avancée chez les enfants de six mois à cinq ans.. Des kits de récupération ont été gracieusement remis par WaterAid au centre de santé communautaire de Talo pour la prise en charge  des enfants malnutris

Ce fut une véritable campagne de proximité soutenue par des sketchs de la troupe Jonkala de Bla. Cette sensibilisation s’est déroulée dans une atmosphère festive dans sept villages de l’aire de Santé de Talo dans la commune rurale de Fani, cercle de Bla à environ  200 km de la ville de Ségou.

De Talo (Bamanan et Peulh) et Tola Moussasso, le 7 janvier 2020, à Tonka et à Talo Bozo, le 8 janvier jusqu’à N’Tosso et Seribougou, le 9 janvier, la caravane organisée par WaterAid, a été accueillie dans la plus grande ferveur par les habitants. Dans chacun de ces villages, des jeux concours ont été organisés sur les bonnes pratiques en matière de nutrition, d’hygiène des mains, l’hygiène de l’eau et de l’environnement.

Les participants aux jeux concours qui ont su donner de bonnes réponses, ont chacun bénéficié des cadeaux de motivation. Aussi, les animateurs et les agents de santé ont tenu à donner des explications claires aux communautés sur les différentes thématiques abordées.

Prise en charge des enfants malnutris !

Dans son intervention,  Dr. Baba Ba du Centre de Santé de Référence de Bla a salué WaterAid pour le choix porté sur son district sanitaire pour la phase pilote du projet ‘’Healthy Start ‘’, ‘’Un départ sain’’ en français. «Se laver les mains au savon avant de préparer et de donner à manger, après les toilettes, constituent de bons comportements que les populations doivent adopter pour un meilleur cadre de vie. L’aire de santé de Talo a été choisie grâce à la disponibilité des mécanismes de prévention de la malnutrition. La réussite de cette phase pilote doit permettre de soulager les familles des localités concernées », a-t-il souligné.

Selon Dr. Mamadou Remy, Directeur Technique du Centre de santé communautaire  de Talo (CSCOM), les grossesses rapprochées, le déséquilibre alimentaire et d’autres maladies diarrhéiques peuvent être la cause de la malnutrition. Ainsi, il a invité les femmes à poursuivre les consultations, à faire le dépistage de leurs enfants et à respecter les consignes données par les médecins et les différents relais.

Pour Ousmane Tangara, relais à Talo, des consultations et dépistages se font dans tous les villages concernés et les enfants malnutris bénéficient des prises en charges gratuites. « Je suis relais il y a plus de 15 ans et le seul obstacle qui existe est l'incompréhension entre les populations et nous au cours de nos campagnes de sensibilisation »,a-t-il ajouté. Toutefois, Ousmane Tangara a témoigné qu’il y a eu un changement possible dans l'aire de santé de Talo grâce à l’intervention de WaterAid. « Cette caravane de sensibilisation nous a permis de comprendre davantage les causes et les conséquences  de la malnutrition », a témoigné Sitan Mariko, ménagère à Tola Moussasso.


Yacouba  Dembélé est le relais à Tonka, situé à 12 km de Tola. Il précise : « Aujourd’hui, il y a une parfaite réduction de la malnutrition grâce aux sensibilisation des animateurs de l’ONG Alphalog sur le financement de WaterAid ». Pour pérenniser ces acquis, Yacouba  Dembélé demande à WaterAid de poursuivre cette initiative. « Notre rôle est d’aider les médecins dans leur travail. Il s’agit également de sensibiliser les femmes à aller au centre de santé pour le dépistage de leurs enfants et pour  les consultations prénatales et post natales.

Lire aussi Ségou: caravane de sensibilisation de WaterAid-Mali pour la prévention et le dépistage de la malnutrition à Talo !

Selon Issaka Sangaré, chargé de communication et des campagnes à WaterAid, la malnutrition est  un problème de santé publique au Mali. « Le gouvernement comme d'autres ONG font de leur mieux, mais je pense qu’on peut pas réduire la malnutrition sans l’amélioration de l’accès des communautés à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement. Dans un village où il y a toujours la défécation à l'air libre, les mouches qui y sont, peuvent, à tout moment, transmettre des maladies diarrhéiques et parasitaires aux enfants », a-t-il souligné. 

 Une trentaine de cas de malnutrition enregistrée sur  207 enfants dépistés!


Pour Issaka Sangaré, malgré les efforts du centre de santé Communautaire de Talo, il fallait aller dans les sept villages de l'aire de santé pour sensibiliser davantage les populations sur les bons comportements à adopter en matière d’hygiène et de nutrition. «Je suis satisfait des résultats. Plus de 30 cas de malnutrition ont été enregistrés sur les 207 enfants dépistés durant cette caravane. Ces enfants seront pris en charge gratuitement par le CSCOM de Talo, grâce aux kits offerts par WaterAid et le suivi de ces enfants sera également assuré par les différents relais », a-t-il souligné


Le chargé de communication et de campagnes à WaterAid a également expliqué : «les populations avaient besoin d'être informées. A ce niveau, la troupe Diokala, les médecins et les animateurs ont donné d'amples informations sur le lien entre la malnutrition et les mauvaises conditions d’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement »

Il faut rappeler que cette caravane s’inscrit dans les activités du projet pilote WASH-nutrition de six mois dont le but est l’intégration effective l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans la nutrition d’ici à mars 2020.

Cette caravane a permis d’améliorer le niveau de connaissances des populations de l’aire de santé de Talo sur la nutrition et le WASH (eau, hygiène et assainissement) d’une part, et d’augmenter de 100% le taux de dépistage des enfants malnutris d’autre part. Une initiative hautement appréciée par les communautaire bénéficiaires.

Ousmane BALLO, envoyé spécial pour Afrikinfos-Mali