A l'occasion de la Journée internationale de la femme célébrée le dimanche 08 mars 2020 à travers le monde, nous vous proposons l'histoire assez émouvante d'une femme vivant avec handicap. Il s'agit de Aminata Traoré dite ‘’Ami Fimani’’, une brave dame qui vend de l'essence en bouteille. 

Âgée d'environ 40 ans et mère d'un enfant, Aminata Traoré dite ‘’Ami Fimani’’ est un exemple qui doit inspirer les autres personnes vivant  avec handicap.  Victime de poliomyélite depuis l'âge de deux ans, Ami Fimani a été obligée d'abandonner ses études parce que sa grande sœur qui l'amenait à l'école  ne le pouvait plus. Pour pouvoir subvenir à ses propres besoins, elle choisit  de vendre de l'essence en bouteille.

Malgré son âge et sa situation familiale un peu difficile, Aminata Traoré se débrouille bien avec ses bouteilles. A l’occasion de la Journée internationale de la Femme, elle se dit très fière de parler d'elle, même si elle pense qu'il y a beaucoup d'autres exemples comme elle à encourager. « Je ne dirai pas que j'ai été très chanceuse dans la vie, quand je vois ce que j'ai dû traverser jusqu'ici. A mon âge, je vis chez ma grande sœur  parce que, je n’ai pas eu la chance de me marier. Mais, Dieu merci j'ai un enfant »,nous a-t-elle confié avec un sourire visiblement un peu forcé.

Le quotidien de Aminata Traoré est assez connu dans son quartier, Kanadjiguila et à Djikoroni-Para où elle vend son essence. « Chaque jour, je me réveille à 04heures du matin pour me préparer à aller au travail. Ainsi pour pouvoir quitter Kanadjiguila où j’habite, ce sont des voisins et autres usagers qui m'aident à  escalader les petites collines de la sortie de chez nous, parce que nous vivons dans un quartier un peu montagneux. Souvent, il est très difficile de trouver de l'aide vers 04heures ou 05heures du matin. Parfois, je le fais toute seule pour venir le plus tôt possible au niveau de la base à Djikoroni-Para, là où je vends de l'essence en bouteille »,a-t-elle témoigné.

Les coups de la vie et le jugement des gens !

Malgré les jugements à son égard, Aminata Traoré, avec ce handicap de mobilité, impressionne. « Je pratique un métier peu commun pour la gent féminine. Les gens me disent souvent, tu aurais pu trouver mieux. Mais en réalité, personne ne m’aide à trouver mieux (sourire). Je crois que je fais ce que je peux pour avoir ce que je veux. Cela ne me fait rien en tant femme et j’aide aussi ma grande sœur et sa famille  dans les tâches ménagères »,a-t-elle souligné.

Elle salue tout de même les autorités nationales pour leur attention particulière à l'endroit des personnes vivant avec handicap,  puisque la moto tricycle qu'elle a, lui a été offerte en 2019 par l'Agence nationale pour l'Emploi (ANPE).

Interrogée sur la célébration du 08 mars, Ami Fimani trouve que c'est une bonne chose de célébrer la femme même si selon elle l'accent doit être mis sur la prise de conscience des femmes face aux défis de l'heure. « Le 08 mars est une occasion rare pour les femmes qu'il faut saisir. C'est un excellent cadre pour les femmes de mettre en lumière non pas leur beauté, mais ce qu'elles valent, leur courage et leur savoir-faire dans la société. Il s’agit de montrer à tout le monde que les femmes sont aussi capables et  peuvent faire tout ce que les hommes savent faire. C'est là le défi et les organisations féminines doivent se battre pour l'application des textes visant à protéger le droit des femmes »,a-t-elle déclaré.

Amadou Basso

Source: Ziré